Déclaration

COVID-19


La Société canadienne du sang est responsable de l’approvisionnement et de la sécurité du système transfusionnel au Canada (sauf au Québec). Nous comptons continuer à honorer notre mandat en ces temps de flambée de COVID-19.

Les hôpitaux ont toujours besoin de sang pour les victimes d’accidents, les traitements contre le cancer et les opérations urgentes. 

Vos dons sont essentiels pour les personnes les plus vulnérables de la population.

Nous avons toujours répondu rapidement et efficacement aux situations mettant en jeu la santé publique. En témoignent les mesures prises contre le virus du Nil occidental, la maladie de Chagas, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO), et les virus Zika et H1N1.

La Société canadienne du sang assure une surveillance continue de l’évolution du COVID-19 et travaille en étroite collaboration avec ses partenaires provinciaux et territoriaux, l’Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, Héma-Québec, les fournisseurs de sang des autres pays et l’Organisation mondiale de la Santé afin de se préparer à toute pandémie éventuelle.

Il n’y a aucune preuve que le virus du COVID-19 soit transmissible par la transfusion de sang ou de produits sanguins. La Société canadienne du sang applique néanmoins des mesures strictes pour assurer l’innocuité de l’approvisionnement en sang et la sécurité des donneurs.

Nos centres de donneurs sont sécuritaires. Seules les personnes en santé sont admissibles au don de sang. Les candidats au don doivent se soumettre à un examen préliminaire pour déceler tout signe de maladie lorsqu’ils prennent rendez-vous.

Compte tenu du nombre croissant de pays touchés par le COVID-19 et du nombre de cas déclarés dans les autres pays, la Société canadienne du sang a décidé de modifier ses critères d’admissibilité au don.

Ainsi, les changements suivants, qui pourraient vous concerner, entreront en vigueur le 16 mars 2020 :

  • Toute personne ayant été mise en quarantaine devra attendre 14 jours à compter de la date de son dernier contact avec une personne infectée avant de pouvoir faire un don.
  • Toute personne ayant dans son foyer une personne qui présente une infection suspectée ou avérée au virus devra attendre 14 jours à compter de la date de rétablissement de cette personne avant de pouvoir faire un don.
  • Tout donneur dont l’infection par le virus du COVID-19 a été confirmée sera exclu du don de sang pendant 56 jours à compter de la date de son rétablissement complet.

La période d’exclusion du don de sang de 21 jours mise en place comme mesure préventive contre le virus Zika reste en vigueur. Cette mesure concerne les personnes qui reviennent d’un séjour à l’étranger, à l’exclusion des États-Unis continentaux et de l’Europe, et pourra rapidement être modifiée, le cas échéant.

Nous évaluons continuellement la situation afin de décider si d’autres critères de sélection ou périodes d’exclusion doivent être adoptés, mais également si d’autres mesures doivent être prises pour protéger nos employés, les bénévoles et les donneurs, et ce, même si nous pensons que les mesures en vigueur sont suffisantes.

Enfin, nous invitons tout un chacun à vérifier la véracité des informations sur le COVID-19. Pour ce faire, vous pouvez consulter les sites Web des organismes suivants :

  1. Agence de la santé publique du Canada
  2. Organisation mondiale de la Santé
  3. Centers for Disease Control Prevention
ShareTweetShare

Déclaration sur le nouveau coronavirus 2019 (nCoV-2019)


Vendredi, janvier 31, 2020

Le 30 janvier 2020, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que la flambée épidémique due au nouveau coronavirus 2019 (nCoV-2019) était une urgence de santé publique de portée internationale.

La Société canadienne du sang continue de suivre de près les développements cliniques et scientifiques portant sur le nCoV-2019. On sait qu’au 30 janvier 2020, l’épidémie s’était répandue en Chine continentale et que des cas de personnes contaminées par le virus avaient été confirmés dans 20 autres pays, dont le Canada.

La Société canadienne du sang est déterminée à assurer la sécurité du système d’approvisionnement en sang. Il s’agit là d’une responsabilité que nous prenons très au sérieux. Bien que le mode de transmission du virus ne soit pas entièrement connu, il est important de noter qu’aucun cas de transmission par voie transfusionnelle de virus respiratoires, y compris les coronavirus et les virus de type grippaux, n’a été recensé dans le monde.

En règle générale, les personnes ayant séjourné hors du Canada, des États-Unis continentaux ou d’Europe qui souhaitent donner du sang doivent attendre 21 jours avant de pouvoir le faire, ce qui couvre la période d’incubation du nCoV-2019. Outre le très faible risque de transmission par voie transfusionnelle d’un coronavirus, nos critères d’admissibilité au don de sang et les rigoureux tests de dépistage auxquels nous soumettons le sang des donneurs permettent d’assurer la sécurité de l’approvisionnement en sang.

Malgré le faible nombre de cas de personnes infectées par le nCoV-2019 au Canada et l’absence d’indice démontrant la transmission interhumaine du virus au Canada, nous demandons aux personnes qui souhaitent faire un don de sang de contacter la Société canadienne du sang si elles font l’objet d’une enquête liée au nCoV-2019 par les instances de santé publique ou s’il est possible qu’elles aient été en contact avec le virus. Par ailleurs, comme pour la grippe et les autres maladies, nous demandons aux donneurs et à nos employés de rester chez eux s’ils ne se sentent pas bien. Nous invitons également la population à adopter les mesures d’hygiène qui s’imposent, à savoir bien se laver les mains et éternuer dans son coude, afin de prévenir la propagation des maladies infectieuses.

En collaboration avec nos partenaires dans le milieu de la santé – Santé Canada, Héma-Québec et les autres fournisseurs de sang – nous continuons de surveiller la situation de près et nous nous tenons prêts à prendre des mesures appropriées si nécessaire.

Pour plus d’informations sur le nCoV-2019, veuillez consulter le site Web de l’Agence de la santé publique du Canada.

 

ShareTweetShare

Pour les Fêtes, offrez le plus beau des cadeaux : la vie


Mardi, décembre 17, 2019

Nous invitons les donneurs de sang à prendre rendez-vous maintenant pour aider les patients

OTTAWA, LE 17 DÉCEMBRE 2019 – Parce qu’ils sont des milliers au Canada à avoir besoin de sang pendant les Fêtes, nous invitons la population à rejoindre la chaîne de vie du Canada en prenant rendez-vous pour aller donner du sang et nous aider à répondre aux besoins des patients.

Entre le 23 décembre et le 5 janvier, nous avons besoin de recueillir du sang pour pouvoir produire des plaquettes, un composant vital pour les personnes atteintes d’un cancer ou d’une maladie du sang. Or, la durée de conservation des plaquettes n’est que de sept jours et la collecte du sang sera affectée par les différents jours fériés à venir. Chaque don compte, car les besoins des patients restent bien réels pendant les Fêtes.

Crystal required more than 70 blood transfusions after she was diagnosed with leukemia in 2011. Thanks to donors, today she is an aspiring nurse and a strong advocate for blood donation.

En 2011, Crystal a eu besoin de plus de 100 transfusions pendant son traitement contre la leucémie.
Grâce aux donneurs, Crystal, qui souhaite devenir infirmière, est aujourd’hui une fervente défenseure du don de sang.

Crystal Nguyen habite à Vancouver. Elle fait partie des milliers de patients qui ont besoin de sang pendant les Fêtes. Après avoir appris, en 2011, qu’elle était atteinte d’une leucémie, Crystal a eu besoin de plusieurs mois de chimiothérapie et de plus d’une centaine de transfusions à l’hôpital pour enfants de Colombie-Britannique. Aujourd’hui, Crystal, qui souhaite devenir infirmière, est une fervente défenseure du don de sang.

« Mon traitement ne s’est pas arrêté pendant les Fêtes. Les donneurs de sang ont joué un rôle essentiel dans ma guérison. Je leur en suis vraiment reconnaissante et j’aimerais que toutes les personnes qui le peuvent aillent donner du sang, un cadeau essentiel et merveilleux, pendant les Fêtes, confie Crystal. »

Pour beaucoup, la période des Fêtes est synonyme de voyage et de festivités, mais pour les patients, les traitements continuent. Les besoins en sang sont constants.

« Beaucoup de gens, qui ont eu la même expérience que Crystal, savent que le don de sang peut sauver des vies, comme celle d’un accidenté de la route, d’une mère lors d’un accouchement difficile, ou encore d’une personne atteinte d’un cancer et nécessitant un traitement spécialisé à base de produits sanguins », explique Rick Prinzen, vice-président aux relations avec les donneurs et directeur général de la chaîne d’approvisionnement à la Société canadienne du sang.

« Tout ce que nous faisons pour les patients repose sur les donneurs. Ils sont vitaux à la chaîne de vie du Canada. En 2020, nous aurons besoin de plus de 100 000 nouveaux donneurs pour pouvoir continuer à répondre aux besoins des patients. »

Faits saillants

  • La fourniture des produits sanguins aux hôpitaux est une composante importante du système d’approvisionnement en sang. En 2019, grâce aux donneurs, la Société canadienne du sang a livré plus d’un million de produits sanguins aux 700 hôpitaux à travers le Canada.
  • Les plaquettes peuvent être produites de deux façons : en effectuant des mélanges à partir de plaquettes extraites des dons de sang total – environ 80 % des plaquettes sont produites de cette façon – et en prélevant directement les plaquettes dans le sang à l’aide d’un procédé que l’on appelle l’aphérèse – cette méthode permet de recueillir une plus grande quantité de plaquettes par don, mais nécessite du matériel spécialisé dont toutes les collectes ne sont pas munies, ce qui la rend moins accessible.
  • Il existe plusieurs façons de donner. En tant qu’organisme de bienfaisance agréé, nous acceptons les dons en argent. Ils représentent une excellente option pour les personnes qui souhaitent maximiser leur don de sang ou de plaquettes, ou celles qui ne peuvent pas donner de sang, mais qui souhaitent soutenir la chaîne de vie du Canada. Pour recevoir un reçu fiscal, les dons en argent doivent être effectués avant le 31 décembre.

Prendre rendez-vous pour faire un don n’a jamais été aussi facile : allez à sang.ca, téléchargez notre application mobile, DonDeSang, ou appelez au 1 866 JE DONNE (1-866-533-6663). Vous pouvez aussi vous présenter sans rendez-vous dans n’importe quel centre de donneurs.

Société canadienne du sang

La Société canadienne du sang est l’organisation nationale qui gère l’approvisionnement en sang, en produits sanguins et en cellules souches pour les provinces et les territoires du Canada, sauf le Québec. Elle assure également la gestion des dons et des greffes d’organes pour l’ensemble du pays dans le cadre d’un modèle de prestation de service interprovincial. Sa dimension nationale, son infrastructure et son mode de gouvernance en font une organisation unique dans le milieu canadien de la santé. La Société canadienne du sang est réglementée par Santé Canada en tant que fabricant de produits biologiques. Organisation sans but lucratif, elle est financée principalement par les ministères de la Santé des provinces et des territoires.

ShareTweetShare

La Société canadienne du sang invite le public à la réunion de son C. A.


Jeudi, décembre 05, 2019
QUOI :

La Société canadienne du sang invite la population à assister, en personne ou en ligne, à la réunion du conseil d’administration qui aura lieu à Ottawa. La réunion sera diffusée en direct sur sang.ca.

Deux fois par an, les gens du public sont invités à assister aux réunions ouvertes du conseil d’administration. Cela leur donne l’occasion d’en savoir plus sur les activités de l’organisation, d’exprimer leurs vues au conseil et de rencontrer les membres du conseil et de la direction.

Depuis sa fondation, en 1998, la Société canadienne du sang se fait un point d’honneur de travailler dans un esprit de collaboration et d’agir avec transparence et ouverture.

QUI :

Dr Graham Sher, chef de la direction, et les membres de la direction

Mel Cappe, président du conseil d’administration, et les membres du conseil d’administration

QUAND :

Vendredi 6 décembre 2019

de 8 h 30 à 12 h 30 HNE

OÙ :

Société canadienne du sang
1800, promenade Alta Vista
Ottawa (Ontario)

En ligne : sang.ca/fr/prochaine-reunion-publique-du-conseil-d-administration

 

Société canadienne du sang

La Société canadienne du sang est un organisme de bienfaisance sans but lucratif. Sa dimension nationale, son infrastructure et son mode de gouvernance en font une organisation unique dans le milieu canadien de la santé. Réglementée par Santé Canada en tant que fabricant de produits biologiques et financée principalement par les ministères de la Santé des provinces et des territoires, elle offre des services dans les domaines du sang, du plasma et des cellules souches pour le compte des gouvernements provinciaux et territoriaux, sauf celui du Québec. Elle gère également le registre canadien de transplantation, qui facilite l’échange d’organes et la coordination des programmes connexes à la grandeur du pays. La Société canadienne du sang établit les connexions qui maintiennent la chaîne de vie du Canada.

ShareTweetShare

Des changements pour une expérience de don améliorée


Mardi, août 27, 2019

Dans une optique d’amélioration continue de l’expérience des donneurs, nous avons récemment modifié le processus de don pour permettre aux donneurs réguliers de passer plus vite les étapes de sélection et de récupération. La durée totale d’un don sera ainsi raccourcie sans que la santé des donneurs ne soit pour autant compromise.

De récentes études et les bonnes pratiques dans le domaine ont montré que certaines composantes de la sélection des donneurs n’étaient plus nécessaires. Par exemple, il a été démontré que la mesure de la tension artérielle n’a aucun impact ni sur la sécurité ni sur le bien-être des donneurs. Au point que certains fournisseurs de sang, au Danemark et au Royaume-Uni, ont abandonné cette pratique.

Ce qui a changé :

  • Nous ne prendrons plus la tension artérielle des donneurs qui ont déjà fait un premier don.
  • Une faible température corporelle au moment du don ne constituera plus un motif de rejet – tandis qu’une température corporelle élevée le restera.
  • Nous continuerons de prendre la tension artérielle des primodonneurs. Ceux qui présentent une tension située en dehors des valeurs normales seront autorisés à donner du sang, et nous continuerons à prendre leur tension et effectuerons le suivi de leurs réactions. À l’avenir, il se peut que nous décidions d’arrêter de prendre la tension des primodonneurs qui présentent un taux de réactions similaire à celui des autres donneurs.

De plus, afin d’améliorer la sécurité et le bien-être des donneurs, nous invitons désormais les donneurs à bien s’hydrater et à manger quelque chose de salé, sur place, avant le don. Nous leur demandons également d’effectuer quelques exercices d’étirement pendant le prélèvement. Cela améliore leur expérience générale et réduit les risques de malaise vagal, c’est-à-dire d’étourdissement ou d’évanouissement, pendant le prélèvement.

Ce qui a été mis en place :

  • Avant le don, les donneurs recevront 500 ml d’eau et une collation salée (450 mg de sel), ce qui aidera à la régénération de leur sang après le don.
  • Pendant le prélèvement, les donneurs de sang total seront invités à faire quelques étirements dans leur fauteuil, ce qui leur permettra de récupérer plus vite une fois debout.
  • Enfin, les donneurs de sang total se verront poser un pansement compressif au point de ponction après le prélèvement. Ce type de pansement exerce une pression constante, ce qui accélère la cicatrisation.

Tout en gardant à l’esprit la sécurité de l’approvisionnement en sang et le bien-être des donneurs, nous passons régulièrement en revue nos critères d’admissibilité et nos processus de sélection dans le but d’être le moins restrictif possible. Les derniers changements décrits ci-dessus permettent de gagner du temps lors de la sélection des donneurs et donc de réduire l’attente dans nos centres.

Processus de don de sang

ShareTweetShare

Entretien avec le Dr David Allan, directeur médical à la Société canadienne du sang


Lundi, juillet 22, 2019

Le 15 mai 2019, Santé Canada a publié un exposé de principes visant à prévenir la population des risques associés aux produits de thérapie cellulaire autologue. Santé Canada a également demandé aux centres médicaux qui offrent des traitements non fondés et potentiellement dangereux de cesser immédiatement. La Société canadienne du sang soutient cette position. 

Cette déclaration et cet exposé de principes ne concernent pas la Société canadienne du sang puisque celle-ci fonctionne sous la supervision de Santé Canada. Nous sommes toutefois d’accord avec l’approche prise par l’Agence, qui vise à protéger la population d’allégations non fondées, voire potentiellement dangereuses.   

Directeur médical à la Société canadienne du sang, le Dr  David  Allan aborde la question et explique ce que sont les cellules souches du sang ainsi que leurs indications thérapeutiques. 

Regarder la vidéo (en anglais)

ShareTweetShare

Notre nouveau plan stratégique : Remplir la promesse


Jeudi, mars 28, 2019

OTTAWA, le 28 mars 2019 – C’est avec fierté que la Société canadienne du sang annonce la publication de son plan stratégique de 2019-2024, Remplir la promesse. Ce plan tient compte des nouvelles priorités en matière de santé et expose les moyens que la Société canadienne du sang entend prendre pour demeurer sensible aux besoins, pertinente et surtout, centrée sur les patients.

Remplir la promesse est le fruit d’une vaste consultation auprès des diverses parties concernées, d’une analyse approfondie de la conjoncture et de longues discussions internes.

Son contenu est réparti en cinq grands domaines d’intérêt :

Image
Meet changing patient needs by providing lifesaving products and services

Fournir des produits et des services vitaux toujours adaptés aux besoins des patients

Nous nous adapterons aux besoins des patients en travaillant de près avec des chercheurs et des spécialistes de la transfusion et de la greffe afin que les produits et les services novateurs et efficaces conçus en laboratoire se traduisent par des soins concrets pour les patients.

 

Image
uild and deepen relationships with donors of the future

Renforcer les relations avec la future génération de donneurs

Nous renforcerons les relations avec les donneurs d’aujourd’hui et de demain en reflétant la diversité ethnique de la population canadienne et en révisant régulièrement nos critères d’admissibilité au don afin qu’ils soient actuels tout en continuant de contribuer à l’innocuité des réserves de sang.

 

Image
Ensure a secure supply of Canadian plasma for immune globulin

Collecter assez de plasma canadien pour produire des immunoglobulines

Nous avons comme objectif de garantir des réserves de plasma canadien suffisantes pour réduire notre dépendance grandissante aux importations de produits d’immunoglobulines fabriqués à partir de plasma américain. Nous comptons réussir en travaillant de pair avec nos bailleurs de fonds et les autres parties prenantes.

 

Image
Create an engaging and empowering employee experience

Créer une expérience employé motivante qui favorise l’autonomie

Nous voulons créer une expérience employé motivante qui favorise l’autonomie en formant une équipe à l’image de la mosaïque canadienne et en instaurant une culture de bien-être, de respect et d’inclusion.

 

Image
Achieve organizational excellence

Atteindre l’excellence à la grandeur de l’organisation

Pour atteindre l’excellence à la grandeur de l’organisation, nous allons maintenir une culture d’amélioration continue axée sur le service à la clientèle, exploiter les nouvelles technologies et gérer efficacement les ressources que les Canadiens nous ont confiées, toujours en priorisant les soins aux patients.

Pour en savoir plus sur le plan quinquennal de la Société canadienne du sang, lisez Remplir la promesse.

Société canadienne du sang

La Société canadienne du sang est une organisation sans but lucratif. Sa dimension nationale, son infrastructure et son mode de gouvernance en font une organisation unique dans le milieu canadien de la santé. Réglementée par Santé Canada en tant que fabricant de produits biologiques et financée principalement par les ministères de la Santé des provinces et des territoires, elle offre des services dans les domaines du sang, du plasma et des cellules souches pour le compte des gouvernements provinciaux et territoriaux, sauf celui du Québec. Elle gère également le registre canadien de transplantation, qui facilite l’échange d’organes et la coordination des programmes connexes à la grandeur du pays. La Société canadienne du sang établit les connexions qui maintiennent la chaîne de vie du Canada.

 

ShareTweetShare

Publicité inopportune


Jeudi, août 11, 2016

Le 5 août dernier, une annonce publicitaire de la Société canadienne du sang a été diffusée sur un réseau social mobile destiné aux hommes homosexuels et bisexuels.

Nous souhaitons présenter nos excuses à tous ceux qui ont été offensés par cette annonce.

Cette annonce fait partie d’une large campagne de recrutement en ligne et sa diffusion sur ce réseau n’était pas prévue. Dès que nous avons été informés de cette erreur, nous avons immédiatement pris les mesures nécessaires pour cesser sa diffusion sur ce réseau. Nous allons également nous assurer que cela ne se reproduise plus.

ShareTweetShare

Graham Sher, chef de la direction de la Société canadienne du sang, est nommé président du conseil d’administration du Partenariat canadien contre le cancer


Lundi, juillet 18, 2016

OTTAWA, le 18 juillet 2016 — Graham Sher, chef de la direction de la Société canadienne du sang, est nommé président du conseil d’administration du Partenariat canadien contre le cancer. Pour connaître les détails de cette heureuse nouvelle, consultez : Le partenariat remercie Chris Power, sa présidente sortante, pour son leadership | Partenariat canadien contre le cancer

ShareTweetShare

La Société canadienne du sang ne paie pas, et ne paiera pas, les donneurs


Jeudi, mai 05, 2016

La Société canadienne du sang ne paie pas, et ne paiera pas, les gens qui font un don de sang, de plasma ou tout autre type de don.

On a souvent lu dans les manchettes ces derniers temps que la Société canadienne du sang n’avait pas exclu la possibilité de rémunérer les donneurs. Ces manchettes sont terriblement trompeuses.

La réalité est la suivante : rémunérer les donneurs n’a jamais été dans nos pratiques et nous n’avons pas l’intention de commencer à le faire non plus. Nous sommes très reconnaissants que les Canadiens donnent un peu d’eux-mêmes pour aider les malades et nous croyons qu’ils seront de plus en plus nombreux à se porter volontaires sans qu’il y ait d’incitatif financier.

Rémunération des donneurs de plasma

L’entreprise privée Canadian Plasma Resources, qui a récemment ouvert ses portes à Saskatoon, offre une carte-cadeau de 25 $ en échange d’un don de plasma. Nous n’achetons pas de plasma de cette entreprise et n’avons ni contrat ni obligation nous contraignant à faire affaire avec elle.

Notre stratégie vise plutôt à mettre l’accent sur nos collectes de plasma pour nous assurer que nous fonctionnons de la façon la plus efficace qui soit, en trouvant le bon équilibre entre, d’une part, les produits dérivés du plasma recueilli auprès de nos donneurs volontaires non rémunérés, et, d’autre part, les produits fabriqués à partir de plasma provenant de donneurs rémunérés aux États-Unis. Atteindre un juste équilibre est essentiel pour optimiser la sécurité d’approvisionnement au profit des patients canadiens.

Rémunération des donneurs de sang : une question hors du débat actuel

Il est important de distinguer le don de plasma du don de sang, une distinction que beaucoup de voix qui se sont prononcées sur la question ont omis de faire. Il n’est aucunement question de payer les donneurs de sang. Le sujet ne fait l’objet d’aucune discussion.

En tant qu’administratrice du système national d’approvisionnement en sang, la Société canadienne du sang satisfait les besoins en sang à 100 %, grâce à des donneurs volontaires non rémunérés.

Lorsqu’un patient a besoin de sang au Canada, il peut recevoir le sang qu’il lui faut grâce à la Société canadienne du sang, qui l’a recueilli auprès d’un donneur volontaire non rémunéré, l’a préparé, a vérifié sa qualité et son innocuité et l’a envoyé à l’hôpital. Aucune unité de sang utilisée pour une transfusion ne provient de donneurs rémunérés.

Protéines plasmatiques

Le débat actuel porte sur la rémunération des gens qui donnent le plasma utilisé pour la fabrication de médicaments hautement spécialisés, les protéines plasmatiques.

La rémunération des donneurs ne pose pas de problème pour l’innocuité des produits.

L’expérience des trente dernières années démontre que les protéines plasmatiques fabriquées à partir de plasma de donneurs rémunérés sont aussi sûres que celles fabriquées à partir de plasma de donneurs volontaires. Le don de plasma rémunéré est soumis aux normes de l’industrie et à un ensemble complet d’exigences réglementaires, les mêmes en fait que celles du système volontaire non rémunéré en place pour le don de sang.

Tous les grands groupes de patients qui s’intéressent aux protéines plasmatiques, comme la Société canadienne de l’hémophilie, l’Organisation canadienne des maladies rares et les organismes de personnes immunodéficientes conviennent qu’il n’y a pas de différence entre les protéines plasmatiques fabriquées à partir du plasma de donneurs rémunérés et celles préparées à partir du plasma de donneurs non rémunérés : elles sont aussi fiables les unes que les autres. Ce qui intéresse ces groupes avant tout, et c’est aussi notre cas, c’est qu’il y ait des réserves sûres en quantités suffisantes pour les patients.

Sécurisation de l’approvisionnement

En tant qu’organisme responsable de l’approvisionnement en sang au Canada, financé par des fonds publics et ayant l’obligation publique de rendre des comptes, la Société canadienne du sang surveille et analyse les besoins en plasma de notre pays. Nos analyses montrent que la dépendance du Canada, et du monde entier, envers le plasma américain représente un risque considérable et de plus en plus réel. La capacité des États-Unis à recueillir suffisamment de plasma pour continuer à répondre à la demande mondiale en protéines plasmatiques représente une véritable préoccupation.

Aujourd’hui, la quantité de plasma que nous recueillons ne répond qu’à 25 % des besoins en immunoglobulines intraveineuses (IgIV), les protéines plasmatiques les plus demandées. Pour répondre aux 75 % restants, nous achetons des produits fabriqués à partir de plasma de donneurs rémunérés aux États-Unis. Sans ce système, les patients ne pourraient pas bénéficier de ces produits dont ils ont besoin pour vivre.

Notre dépendance vis-à-vis de l’industrie plasmatique américaine rend le Canada, et les patients canadiens, vulnérables en cas de pénurie. Ce risque deviendra une réalité si aucune mesure de mitigation n’est prise pour nous rapprocher de l’autosuffisance.

Notre stratégie

Nous nous sommes fixé comme objectif d’augmenter graduellement la quantité de plasma que nous recueillons actuellement, soit près de 200 000 litres de plasma par an. Dans les années qui viennent, nous devrons en recueillir 400 000 et 500 000 litres de plus par an afin de diversifier nos sources d’approvisionnement et réduire, sans toutefois l’éliminer, notre dépendance vis-à-vis du plasma étranger. En effet, il nous faut conserver une variété de sources d’approvisionnement pour pouvoir pallier toute pénurie ou menace de l’approvisionnement.

Nous pensons pouvoir augmenter la quantité de plasma recueillie de façon substantielle sans avoir à rémunérer nos donneurs, ce que nous ne ferons pas. Dans l’intérêt des patients pour qui nous œuvrons, nous comptons sur la population pour nous aider à atteindre cet objectif.

Pour en savoir plus sur le rôle de la Société canadienne du sang en matière de plasma et de protéines plasmatiques, regardez les vidéos ci-dessous.

 

 

La Société canadienne du sang prévoit-elle payer les donneurs de plasma?

La Société canadienne du sang est en train de finaliser une stratégie pour accroître de façon substantielle la quantité de plasma qu’elle collecte. Cette stratégie repose sur un système de dons non rémunérés. 

 


Les produits fabriqués à partir de plasma provenant de donneurs rémunérés sont-ils sûrs?

Aujourd’hui, l’innocuité des produits finis n’a rien à voir avec le fait de rémunérer ou non les donneurs. Les produits fabriqués à partir de plasma provenant de donneurs rémunérés sont extrêmement sûrs. De plus, aucun cas d’infection virale mettant en cause ces produits n’a été documenté dans les trente dernières années, voire plus. 

 

Les deux systèmes, donneurs rémunérés et donneurs bénévoles, peuvent-ils cohabiter?

L’intégralité du système américain de don de sang repose sur des donneurs non rémunérés — tout comme le système que nous avons au Canada, alors qu’en parallèle, l’industrie rémunère les donneurs qui lui fournissent du plasma. Il existe donc deux systèmes qui opèrent côte à côte aux États-Unis.

-->


Dans quelle mesure le Canada dépend-il de l’industrie du plasma, laquelle rémunère les donneurs?

Environ un quart seulement des immunoglobulines que nous distribuons sont fabriquées à partir de plasma de donneurs non rémunérés. Les trois quarts restants sont fabriqués à partir de plasma de donneurs américains rémunérés.  


Que fait la Société canadienne du sang par rapport à l’autosuffisance du Canada en matière de plasma?

Nous travaillons à un plan, dont nous discuterons avec les provinces et les territoires, pour augmenter la quantité de plasma que nous recueillons au Canada.  


Est-ce que le Canada devrait être entièrement autosuffisant pour ce qui est du plasma?

Nous nous sommes rendu compte qu’il fallait calculer le rapport risques-avantages pour évaluer s’il y a un degré d’autosuffisance plus avantageux que l’autosuffisance complète. Au cours des dernières années, la Société canadienne du sang a consacré beaucoup d’efforts à l’établissement d’un modèle permettant d’évaluer les risques en fonction d’un certain nombre de facteurs. 


Quel est le rôle de la Société canadienne du sang dans la collecte de plasma?

La Société canadienne du sang recueille du plasma pour deux raisons. D’une part, pour la transfusion : on transfuse du plasma aux patients atteints de troubles hémorragiques, aux victimes d’accidents et à des patients souffrant d’autres problèmes; et d’autre part, pour fabriquer des produits pharmaceutiques appelés protéines plasmatiques.  


Qu'est-ce que le plasma?

ShareTweetShare