Coronavirus (COVID-19)
|
En savoir plus

 

Honneur à la chaîne de vie du Canada

 

Chaque année, la Société canadienne du sang organise des cérémonies Honneur à la chaîne de vie du Canada pour rendre hommage aux donneurs, bénévoles et membres de la communauté qui se sont distingués. Des cérémonies locales se tiennent dans tout le Canada et une cérémonie nationale a lieu en septembre, à Ottawa.

Recruteur de donneurs

« Les gens supposent qu’il y aura du sang quand ils en auront besoin, mais seulement 4 % des Canadiens qui peuvent donner du sang le font. C’est un pourcentage incroyablement faible compte tenu du fait que le don de sang devrait être une priorité pour tout le monde. » Quand Brad n’est pas en train d’éteindre des incendies, il allume des étincelles dans le coeur des gens, les incitant à sauver des vies en donnant du sang.

Recruteur de donneurs

« Mon message aux donneurs? Vous ne voyez peut-être pas le résultat de votre geste, mais vous permettez à quelqu’un de continuer à vivre. Vous aidez une personne à célébrer un anniversaire de plus. » Ayant bénéficié du système national du sang au cours des dix dernières années, Clay en est devenu un ardent défenseur.

Recruteur de donneurs

« Je souris encore quand je pense au nombre de dons et à l’impact de la collecte organisée en l’honneur de Charles. Je n’ai jamais été aussi fière de toute ma vie. » En juillet 2017, le collègue de Jennifer, Charles, s’est blessé gravement alors qu’il travaillait dans une ferme. Étant ambulancière paramédicale, Jennifer savait qu’il aurait besoin de nombreuses transfusions et comme elle voulait aider, elle a pensé à la Société canadienne du sang.

Recruteur de donneurs

« i quelque chose vous tente et vous effraie en même temps, c’est probablement que vous devriez le faire. » Pour Karanvir, cette citation — sa préférée — s’applique au recrutement de donneurs, un défi excitant, mais qui peut être intimidant lorsqu’on tente de recruter des inconnus. Karanvir est le cofondateur et le président de Lifestream BC, un organisme sans but lucratif entièrement dirigé par des étudiants de niveau universitaire et secondaire qui a pour mission de sensibiliser les gens aux maladies infantiles et d’amasser des fonds pour la cause.

Recruteur de donneurs

« Beaucoup de gens écrivent que l’exemple de Becca les a aidés et qu’ils vivent mieux grâce à elle. Il y en a même qui, comme Becca, ont choisi de faire face à la mort avec grâce et dignité. Savoir que ma fille a fait autant pour les autres me rend très fière. » L’histoire de Becca a inspiré des millions de personnes partout dans le monde. Après avoir reçu un diagnostic de cancer du cerveau, en 2016, l’adolescente a décidé d’encourager les gens à faire des gestes de bonté.

Partenaire régional

Les disciples de l’Église du Christ ont été amenés à donner du sang par le biais du Projet INCGiving et de la Fondation Felix-Y.-Manalo, deux initiatives qui encouragent les membres à faire des gestes de bonté pour le bien-être d’autrui. Édifiée dans plusieurs villes de l’Ontario et d’autres provinces, l’Église du Christ forme l’un des plus grands groupes de donneurs de la Société canadienne du sang.

Partenaire régional

« On voulait montrer qu’il est plus facile et plus rapide que jamais de donner du sang. Shelby n’avait jamais donné de sang alors nous l’avons filmée pendant qu’elle expérimentait la procédure simplifiée. C’était authentique et instructif. » Partenaire de longue date de la Société canadienne du sang, Global Okanagan apporte une contribution précieuse à la chaîne de vie du Canada.

Partenaire régional

« Le travail de la Société canadienne du sang va de pair avec notre slogan — “Soyez prêts” —, mot d’ordre d’une communauté de plus de 4 000 étudiants et 1 000 employés qui se soutiennent les uns les autres. » Le Collège de Lethbridge contribue fièrement à sauver des vies. Ses membres ont fait près de 3 000 dons de sang en dix ans.

Partenaire régional

« Des gens nous ont dit qu’ils avaient commencé à donner du sang régulièrement à cause de la promotion que nous avons faite. C’est l’un des moments dont nous sommes le plus fiers. C’est quelque chose de beau, parce que donner du sang est un geste simple et bienveillant dont on ne parle pas beaucoup. » Qui a dit que les hommes-sirènes n’existaient pas? Sur terre, ils ont à coeur de sauver des vies et on peut même les voir à des collectes de sang.

Partenaire national

« En partenariat avec nos concessionnaires, nous appuyons l’excellent travail de la Société canadienne du sang en faisant des dons en argent et en partageant les meilleures pratiques du Système de production Toyota. » S’appuyant sur les principes du Système de production Toyota, système reconnu dans le monde entier, Toyota a aidé des centaines d’organisations à augmenter leur productivité, à optimiser leurs ressources et à rehausser la qualité et la sécurité de leurs opérations.

Bénévole

« Il est trop facile de se dire “je suis vieille, je vais me reposer”. Ça ne m’intéresse pas. Rester à ne rien faire, ce n’est pas pour moi. Je trouve important de faire partie de la chaîne de vie du Canada parce que la plupart d’entre nous ont besoin de sang à un moment donné et qu’on peut en recevoir gratuitement. » Ce n’est pas parce qu’elle a 90 ans bien sonnés que Nina ralentit le rythme. Au contraire!

Bénévole

« Je ne peux pas donner de sang toutes les semaines alors je dois trouver un autre moyen de faire quelque chose pour ceux qui ont besoin de sang. En étant bénévole, je peux discuter avec les donneurs et les remercier. Ça me donne le sentiment d’avoir aidé d’une certaine façon. » Un homme qui fait un doctorat en génie pétrolier et gazier (dans une langue seconde), marié, avec deux enfants et un troisième en route, aurait de bonnes raisons de ne pas faire de bénévolat. Abdelsalam, lui, trouve le temps.

Bénévole

« Les valeurs de la communauté mennonite ont ravivé les miennes. Pour eux, c’est un péché de ne pas aider quand on peut le faire. Et pour aider, ils aident, tout comme le font toutes ces personnes extraordinaires qui donnent du sang. » Ed aide à sauver des vies depuis près de 50 ans. Ambulancier paramédical dans le comté de Renfrew depuis 30 ans et donneur de sang depuis 45 ans, Ed est devenu bénévole à la Société canadienne du sang en 2000, un engagement qu’il a pris à titre de membre du Club Rotary.

Bénévole

« Ce que je fais, ça compte, parce que ça aide à sauver des vies. Je sais que mes efforts aident quelqu’un, quelque part. » Huit ans. Des centaines d’heures. Jennifer est une bénévole dévouée très attachée à la chaîne de vie du Canada. Ses premières armes en bénévolat remontent à l’école secondaire : elle organisait des collectes et prévoyait des navettes pour le transport des donneurs.

Donneur

« Il n’y a pas plus grand geste de bonté qu’un don de vie. Les gens dans nos communautés ont besoin de sang régulièrement et d’autres en ont besoin dans des situations d’urgence. Il est important de faire partie de la chaîne de vie du Canada parce qu’il est de notre devoir d’aider ceux qui ont besoin de sang et de produits sanguins. »

Donneur

« À Halifax, le bureau de VON est dans le même édifice que le centre de donneurs de la Société canadienne du sang. Mes deux organismes de santé préférés sont pratiquement l’un à côté de l’autre. Je ne pourrais pas demander mieux! » Aujourd’hui un donneur de plasma engagé, John a commencé à donner du sang en 1979, alors qu’il était aux études.

Donneur

« Sans la Société canadienne du sang, mon père n’aurait pas pu avoir son traitement contre un lymphome non hodgkinien. » Étudiante. Collectrice de fonds. Bénévole. Tutrice. Organisatrice. Kaitlyn a passé une bonne partie de ses jeunes années à se dévouer pour les autres.

Donneur

« Ce que je fais compte parce que quelqu’un, quelque part, compte sur mon don. C’est aussi simple que ça. » Richard a commencé à donner du sang dans la jeune vingtaine. « Une fille m’avait dit qu’elle sortirait avec moi si j’allais donner du sang avec elle », se rappelle-t-il. « Je l’ai donc accompagnée, mais elle est partie avant que j’aie terminé et je ne l’ai jamais revue. Les biscuits étaient délicieux par contre! » Heureusement, le jeune homme est revenu manger des biscuits, souvent...

Donneur de cellules souches

« Cette organisation m’a fait prendre conscience que je pouvais donner une chance à quelqu’un. Je crois qu’il est important de faire partie de la chaîne de vie du Canada parce que cela donne de l’espoir et permet à quelqu’un de continuer à vivre. » Kyle avait beaucoup de pain sur la planche quand il a su qu’il avait la possibilité de faire un don de cellules souches. Il commençait non seulement un nouvel emploi, mais aussi son nouveau rôle de papa.

Donneur de cellules souches

« En général, je raconte ma propre expérience, qui a été très positive. Je dis aux gens que les employés de la Société canadienne du sang sont très professionnels et prennent bien soin des donneurs pendant tout le processus. Et s’ils hésitent parce qu’ils ont peur des aiguilles, je leur dis que c’est aussi mon cas! » Ce n’est pas la peur des aiguilles qui allait empêcher Samantha de sauver une vie.

Donneur de cellules souches

« La Société canadienne du sang m’a aidé à réaliser que tout le monde doit essayer d’aider les autres. On a tous quelque chose à donner; parfois c’est quelque chose de grand, parfois c’est un petit geste. L’expérience a été aussi enrichissante pour moi qu’elle l’a été pour la personne qui a reçu mes cellules souches. » Imaginez vous faire dire que vos cellules souches pourraient sauver la vie de quelqu’un, puis apprendre que oui, vous avez sauvé une vie!

Donneuse de sang de cordon

« Donner sans rien attendre en retour procure un sentiment d’altruisme incroyable. On donne par simple générosité; pas par devoir ni pour attirer l’admiration ou pour une question de sécurité. Je trouve ça rafraîchissant et même, dans un certain sens, libérateur. » D’abord receveuse, puis donneuse, Cara a bénéficié de la chaîne de vie du Canada avant d’y contribuer. Cara a eu besoin d’une transfusion vitale avant même de venir au monde, pour traiter une incompatibilité sanguine décelée in utero.

Donneuse de sang de cordon

« Les parents donneurs avec lesquels j’ai eu le privilège de travailler sont tellement généreux et enthousiastes; c’est extrêmement gratifiant de voir ça. » En plus d’avoir fièrement donné le sang du cordon ombilical de ses deux enfants, Nicole travaille à l’un des quatre centres hospitaliers du pays qui recueillent le sang ombilical.

Donneur d'organe

« Il y a trois moments que je chéris particulièrement : quand j’ai appris que j’étais compatible avec quelqu’un — parce que ça nous a donné espoir; quand on m’a conduite à la salle d’opération — j’étais vraiment excitée parce que cela voulait dire que mon mari recevait un rein; et quand j’ai su que son opération avait été une réussite. C’était un immense bonheur de savoir qu’il allait avoir une meilleure qualité de vie. »

Employée s’étant le plus illustrée

« J’adore mon travail. Que dire de plus? Il n’y a rien de mieux que de travailler avec les champions de Partenaires pour la vie. Chaque journée est différente. Certains jours, je ferais même ça gratuitement — mais ne le dites pas à ma patronne! Travailler avec les équipes chargées des relations avec les donneurs à Winnipeg, Regina et Saskatoon est vraiment très agréable. J’accepte cette récompense en notre nom à tous. »

Prix Schilly

L’histoire de Logan Boulet est la preuve indéniable qu’une simple conversation peut transformer des vies. Le 7 avril 2018, lorsque Logan est décédé au lendemain de l’accident d’autobus tragique de Humboldt, ses parents ont informé l’équipe médicale qu’ils faisaient don des organes de leurs fils. La décision de Bernadine et Toby découlait d’une discussion qu’ils avaient eue avec Logan peu de temps avant sa mort.

Prix Schilly

Hockey Gives Blood (Mise au jeu pour le sang) a été fondé sur la prémisse que chaque ligue, chaque équipe et chaque joueur peut avoir un impact positif et durable sur la vie des autres. En un peu plus d’un an, l’impact de l’organisme est déjà énorme. Ce sont deux tragédies qui ont amené Stu Middleton, l’un des cofondateurs, à créer Hockey Gives Blood. En 2000, son père, Tom, a perdu la vie dans un accident d’auto alors qu’il se rendait à un match de Stu.

Prix OEuvre de toute une vie

Forte d’une carrière médicale de près de 40 ans, la Dre Wall a grandement contribué à l’évolution de la greffe de sang et de moelle osseuse en Amérique du Nord. Après avoir suivi une formation en pédiatrie et en hémato-oncologie pédiatrique aux États-Unis, la Dre Wall a établi des programmes publics pour la greffe de sang, de moelle osseuse et de sang de cordon à St. Louis et San Antonio.

Prix OEuvre de toute une vie

En plus d’agir comme médecin pour le Programme de greffe de sang et de moelle osseuse de l’Hôpital d’Ottawa, le Dr Atkins est professeur agrégé en médecine à l’Université d’Ottawa, chercheur au Centre de recherche novatrice sur le cancer et directeur médical pour le Programme de médecine régénératrice de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa.

Receveur orateur

« Une chose importante que j’ai apprise, c’est que bien des gens ne donnent pas de sang simplement parce que personne ne leur a jamais demandé de le faire. Je ne fais donc que demander. J’ai l’impression que la plupart des gens ne sont pas conscients des besoins en sang ou pensent que leur don ne changera rien. Mon expérience leur prouve le contraire. »