Organes et tissus
pour la vie

Image
Canadian Blood Services - Symbol
Icon kidney donation pair match people

Don d’organes de son vivant

La plupart des gens naissent avec deux reins. Toutefois, une personne en bonne santé peut très bien mener une vie normale avec un seul rein. Cela signifie que quelqu’un en bonne santé peut donner un rein à quelqu’un dont les reins ne fonctionnent pas. C’est ce qu’on appelle le don de rein de personnes vivantes. La personne qui donne un rein à une autre est un donneur vivant, et celle qui a besoin d’un rein est un candidat à la transplantation.

Kidneys

Don d’organes à son décès

Il s’agit de faire don de tout ou partie de plusieurs organes pour qu’ils soient prélevés après sa mort et transplantés à d’autres personnes. Un seul et même donneur peut fournir jusqu’à 8 organes.

Don et greffe d’organes et de tissus au Canada

Déclaration sur la COVID-19 (janvier 2021)

En savoir plus

À mesure que la pandémie de COVID-19 évolue, les organismes de don et de transplantation d’organes du Canada, y compris la Société canadienne du sang, se réunissent régulièrement pour évaluer l’impact du virus sur le don et la transplantation. Ensemble, nous élaborons des recommandations qui permettent aux organismes provinciaux de don d’organes et aux programmes régionaux de don et de transplantation de guider les activités dans ce domaine.

Bien que la plupart des hôpitaux aient repris leurs activités normales dans l’ensemble du Canada, la pandémie a eu de réelles répercussions sur le calendrier des opérations chirurgicales et les délais d’attente. Les dons et les transplantations d’organes continuent de se faire au cas par cas, et les modalités décisionnelles diffèrent d’une province à l’autre.

Nous sommes ravis d’annoncer qu’après une suspension temporaire due à la COVID-19, notre Programme de don croisé de rein est de nouveau opérationnel. Nous travaillons avec les programmes provinciaux de don et de transplantation de reins de donneurs vivants pour trouver des donneurs compatibles pour les patients et ainsi augmenter le nombre de transplantations rénales réalisées. Les dons d’yeux et de tissus connaissent également un retour à la normale après une pause ou une baisse temporaire dans certaines régions. De plus, des mesures ont été mises en place pour que les patients dont l’état est urgent puissent recevoir les tissus dont ils ont besoin.

Les receveurs d’organes sont immunodéficients, ou sont susceptibles de le devenir, et courent un plus grand risque face à la COVID-19. Par conséquent, afin de décider si l’on doit procéder au don et à la transplantation d’un organe, on doit évaluer les risques que représente le virus pour les receveurs potentiels par rapport aux risques liés au report de la transplantation.

Il ne fait aucun doute que la situation est préoccupante pour les patients en attente d’une transplantation et pour ceux qui doivent en recevoir une. Comme le contexte évolue différemment selon les provinces, les programmes de transplantation collaborent avec les patients afin de leur fournir l’information et les mises à jour nécessaires. Nous recommandons aux candidats à la transplantation et au don de communiquer avec leur programme local de transplantation ou de don s’ils ont des questions.

La sécurité des patients et du personnel soignant est primordiale. Les administrateurs et les cliniciens en transplantation continuent de surveiller la situation et de mettre à jour les directives dans le domaine en conséquence.