Les besoins sont constants no 6 : Un combat contre la leucémie infantile

Ty Armatage est extrêmement vulnérable à la COVID-19 et sa santé dépend des produits sanguins qu’il reçoit.

Inspiration

Ty Armatage peut avoir besoin d’une transfusion de produits sanguins à tout moment pendant son traitement d’entretien de la leucémie lymphoblastique aiguë.

Ty Armatage could need blood products at any time while he’s undergoing maintenance therapy for acute lymphoblastic leukemia.

Ty Armatage, un jeune de 16 ans qui habite dans la petite collectivité de Barrie, en Ontario, allait de mieux en mieux avant l’apparition de la COVID-19.  

Diagnostiqué d’une leucémie lymphoblastique aiguë peu avant son 15e anniversaire, il a suivi un traitement de chimiothérapie intensif qui a eu les effets escomptés. Cette année, il a pu retourner en classe de 11e année à temps plein et recommencer à pratiquer ses sports préférés, comme le hockey AAA.  

La COVID-19 a soudainement interrompu ce retour à la normale, pour Ty comme pour les adolescents du monde entier. Mais il a une impression de déjà-vu. 

« Le traitement de première ligne lui a en quelque sorte volé une année complète », explique sa mère, Tracy Armatage. « Il venait juste de retrouver une vie plutôt normale, et la COVID-19 l’en prive une nouvelle fois. » 

Ty et sa famille ont commencé leur confinement bien avant la plupart des autres Canadiens. En effet, le traitement d’entretien qui maintient son cancer en rémission le rend très vulnérable aux infections.  

Pendant cette période, il a également besoin de transfusions de produits sanguins, dont la dernière a eu lieu au mois de janvier. 

 « Il est très probable qu’il ait besoin de sang dans les prochaines semaines », s’inquiète Tracy. « J’ai très peur qu’il n’y en ait plus lorsque ce sera le cas. » 

Image
Ty Armatage
Ty Armatage a pu recommencer à jouer au hockey après la chimiothérapie. Son traitement d’entretien le rend cependant vulnérable aux infections, et il a parfois besoin d’une transfusion de produits sanguins. 

Nous avons besoin de donneurs tout au long de la pandémie de COVID-19 

Dernièrement, la Société canadienne du sang a noté un grand nombre d’annulations de rendez-vous en raison des craintes d’infection à la COVID-19. 

Depuis, le premier ministre et les responsables de la santé publique ont appelé les Canadiens à continuer de donner du sang et la situation s’est stabilisée. Pour autant, le court délai de conservation des produits sanguins (7 jours seulement dans le cas des plaquettes) signifie que la fréquence des dons ne doit pas faiblir dans les semaines et les mois qui viennent, afin de répondre aux besoins de l’ensemble des patients du Canada.  

C’est pourquoi il est crucial que les donneurs admissibles en bonne santé continuent de prendre rendez-vous et s’y présentent pendant la pandémie de COVID-19. Dans les provinces ayant déclaré l’état d’urgence sanitaire, l’interdiction de se rassembler ne concerne pas les centres de donneurs de sang. 

Ces derniers ont adopté des mesures rigoureuses pour protéger les donneurs, le personnel et les bénévoles. Notre page sur la COVID-19, qui est mise à jour quotidiennement, décrit en détail les mesures prises, de même que la façon dont nous faisons face à la pandémie.  

Pour respecter la distanciation physique, nous ne pouvons accueillir que les personnes qui ont pris un rendez-vous au préalable. Pour ce faire, rendez-vous en ligne sur la page sang.ca, utilisez l’application DonDeSang ou appelez au 1 866 JE DONNE (1-866-533-6663). 

Image
Ty Armatage, left, seen here with his brothers Finn, 7, and Walker, 18, has regularly required blood products during his cancer treatment.
Ty Armatage (à gauche), ici avec ses frères Finn (7 ans) et Walker (18 ans), a régulièrement eu besoin de produits sanguins pendant son traitement contre le cancer. 

Tout le monde peut avoir besoin de sang, à tout moment 

Comme l’explique Tracy, Ty a reçu sa première transfusion de produits sanguins à peine quelques jours après son diagnostic, et il en a eu besoin plus fréquemment encore depuis le début de son traitement d’entretien. D’après Ty, les produits sanguins ont été d’une importance capitale pour maintenir sa qualité de vie en plus de sa santé.  

« Je me sentais fatigué mais une fois que je recevais [la transfusion], c’était comme si j’avais plus de carburant. Je me sentais plus réveillé et vivant », raconte Ty. 

Depuis le diagnostic, la famille de Ty fait très activement la promotion du don de sang au sein de leur collectivité, et même au-delà. Tracy a incité les amis et voisins qui l’interrogeaient sur la façon dont ils pouvaient aider à devenir donneurs de sang. D’ailleurs, Walker, le grand frère de Ty, qui a maintenant 18 ans, a fait son premier don dès qu’il est devenu admissible, à l’âge de 17 ans. 

Tracy n’est pas surprise que de nombreux Canadiens aient peur de sortir de chez eux et que certains y réfléchissent à deux fois avant de se rendre dans les centres de donneurs de sang, mais elle les exhorte à continuer de donner leur sang, non seulement pour son fils, mais pour tous leurs proches, qui pourraient eux aussi avoir soudainement besoin de sang. 

« Je n’aurais jamais pu imaginer que Ty vivrait cela. On ne sait jamais quand on aura besoin de sang, jusqu’à ce qu’on se retrouve dans cette situation », explique Tracy. 

Partager cette histoire

ShareTweetShare

Sur le même sujet