Un produit dérivé du plasma déjà utilisé dans le traitement de deux maladies pourrait avoir d’autres applications thérapeutiques


Mercredi, août 21, 2019

Toronto, le 21 août 2019 Selon une nouvelle étude financée par la Société canadienne du sang, un produit dérivé du plasma déjà utilisé dans le traitement de deux maladies pourrait servir à en traiter d’autres.

L’article concernant cette étude, intitulé « Treating murine inflammatory diseases with an anti-erythrocyte antibody », a été publié aujourd’hui dans la prestigieuse revue médicale Science Translational Medicine.

La Société canadienne du sang approvisionne les hôpitaux en anti-D, un médicament fabriqué à partir de plasma humain. L’anti-D est à ce jour uniquement recommandé pour traiter le purpura thrombopénique immunologique et prévenir la maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né. Il s’agit d’une solution d’anticorps dirigés contre une protéine présente à la surface des globules rouges fabriquée à partir de plasma source recueilli auprès de donneurs. Le plasma est la partie liquide, riche en protéines, du sang qui permet aux autres composants sanguins de circuler dans le corps.

Dans une nouvelle étude, le professeur Alan Lazarus , chercheur et immunologue au Centre d’innovation de la Société canadienne du sang, a découvert qu’un anticorps érythrocytaire, appelé Ter119, était en cause dans l’arthrite inflammatoire chez trois modèles murins, ainsi que dans l’apparition du syndrome respiratoire aigu post-transfusionnel (TRALI) chez un autre modèle murin. Bien que très rare, le TRALI est l’une des principales réactions transfusionnelles pouvant causer la mort, contre lequel il n’existe aucun traitement efficace. Cette nouvelle étude suggère que l’anti-D pourrait constituer un traitement efficace contre ces maladies chez l’être humain.

« L’utilisation de l’anti-D pour traiter le TRALI et d’autres maladies autoimmunes que le purpura thrombopénique immunologique serait une bonne nouvelle, indique le professeur Lazarus. Son potentiel thérapeutique s’en retrouverait élargi. »

Si ces nouvelles applications thérapeutiques sont démontrées chez l’être humain, elles représenteraient une alternative aux traitements immunosuppresseurs, actuellement préconisés dans le traitement des maladies autoimmunes, mais qui ne conviennent pas à tout le monde.

Ces travaux de recherche standard, réalisés sur des souris, permettraient d’enrichir les connaissances médicales dans le domaine et ouvriraient la porte à de nouvelles applications thérapeutiques.

La recherche à la Société canadienne du sang

En se focalisant sur la recherche appliquée et le développement, la Société canadienne du sang est devenue un chef de file de l’innovation dans les domaines de la transfusion sanguine, de la thérapie cellulaire et de la transplantation, permettant ainsi de mieux cerner les enjeux de plus en plus complexes en matière de soins de santé.

Notre équipe de chercheurs et notre réseau de partenaires mènent des travaux de recherche exploratoire et appliquée, afin d’apporter de nouvelles connaissances, d’améliorer les pratiques, de contribuer à la mise au point de nouveaux services et de nouvelles technologies, et d’offrir des possibilités de formation et d’éducation. Apprenez-en plus sur nos activités de recherche.

INFORMATIONS

1-877-709-7773

media@blood.ca

ShareTweetShare

Réservez maintenant pour donner du sang