Coronavirus (COVID-19)
|
En savoir plus

Le don de sang de cordon : un espoir de vie

Abondantes dans le sang de cordon ombilical, les cellules souches peuvent traiter plus de 80 maladies, dont les leucémies.

Inspiration
16 novembre 2020
Featured image of mother N'kem Odita and her son Marcus sitting down on a couch.

Enfant, N’kem Odita a vécu avec sa mère dans divers secteurs de la région du Grand Toronto, au sein de nombreuses communautés culturelles. Elle a appris très tôt dans la vie que la diversité était une force.

Travaillant aujourd’hui dans le domaine de la santé, N’kem est témoin du pouvoir de la diversité, en particulier celle des donneurs de cellules souches, car elle peut sauver des vies.

Il faut savoir que plus les origines ethniques d’une personne sont variées, plus il est difficile de trouver un donneur de cellules souches compatibles pour une greffe. À l’heure actuelle, seulement 32 % des donneurs potentiels inscrits au Registre de donneurs de cellules souches de la Société canadienne du sang sont issus de la diversité.

Voilà pourquoi en 2019, lorsqu’ils ont appris qu’ils attendaient un enfant, N’kem et son mari trinidadien ont décidé de « donner au suivant » en faisant don du sang de cordon ombilical de leur petit Marcus, avec l’espoir que cela puisse aider un patient.

« Nous n’avons pas hésité une seconde. Je me suis dit que si ça pouvait sauver la vie de quelqu’un, c’est ce que je voulais faire, commente N’kem, qui vit aujourd’hui à Ottawa. Le don de sang de cordon est une façon si simple de sauver une vie. »

N’kem ne désirait pas seulement donner au suivant; elle voulait aussi aider à répondre au besoin de cellules souches provenant de donneurs ayant un patrimoine génétique mixte.

« On peut à peine imaginer combien il est difficile pour une personne d’origine mixte comme mon fils et moi-même de trouver un donneur compatible de cellules souches », souligne N’kem, dont la mère est afro-canadienne et micmaque et le père africain.

Qu’est-ce que le sang de cordon?

À la naissance d’un bébé, il reste du sang dans le placenta de la mère et dans le cordon ombilical. Ce sang est riche en cellules souches et peut sauver des vies. La Banque de sang de cordon de la Société canadienne du sang recueille le sang de cordon et le stocke afin qu’il puisse être utilisé pour toute personne ayant besoin d’une greffe de cellules souches. Le prélèvement se déroule après la naissance du bébé et l’expulsion du placenta. Ainsi, il ne perturbe aucunement le travail ou l’accouchement. Lorsque les mères n’ont pas explicitement choisi de donner le sang de cordon de leur bébé pour qu’il serve aux patients ou à la recherche, il est éliminé comme un déchet médical.

À l’instar des cellules souches qui se trouvent dans la moelle osseuse ou le sang périphérique, celles du sang de cordon peuvent traiter plus de 80 cancers et maladies du sang. Elles présentent en outre des avantages uniques par rapport aux deux autres sources. Par exemple, elles sont prêtes à l’emploi car elles sont prélevées à l’avance et mises en banque. Le patient qui a besoin d’une greffe attend donc moins longtemps lorsqu’il est jumelé à un donneur compatible.

Le sang de cordon ombilical sauve des vies : récit d’une receveuse

Adapter les traditions pour aider à sauver des vies

Pourquoi le sang de cordon est-il si important pendant la pandémie de COVID-19?

Pour accroître les chances de trouver un donneur compatible pour tous les patients, le registre de donneurs de cellules souches du Canada adhère à un réseau international de registres qui permet de jumeler les donneurs potentiels à des receveurs partout dans le monde. Il est primordial d’avoir accès à un bassin mondial de donneurs de cellules souches, car aucun pays n’est complètement autosuffisant. À l’heure actuelle, environ 89 % des patients canadiens qui ont besoin d’une greffe obtiennent des cellules souches auprès d’autres pays.

La fermeture des frontières internationales et les restrictions de voyage imposées par la pandémie de COVID-19 ont rendu difficiles les activités internationales de don et de greffe. Par conséquent, les patients et les centres de greffe du Canada comptent plus que jamais sur les donneurs canadiens. Et le sang de cordon s’est avéré une ressource vitale facilement accessible pour les patients. Dans la première moitié de 2020, la Banque de sang de cordon de la Société canadienne du sang a reçu plus de demandes de cellules souches provenant de sang de cordon que pendant toute l’année 2019.

Le sang de cordon est une ressource extrêmement précieuse pour une autre raison : contrairement aux cellules souches tirées de la moelle osseuse ou du sang périphérique, celles du sang de cordon n’exigent pas de compatibilité parfaite entre le donneur et le receveur.

Comme la compatibilité dépend des marqueurs génétiques héréditaires de chaque personne, un patient est plus susceptible de trouver un donneur compatible parmi les personnes ayant une ascendance similaire. Cela est toutefois beaucoup plus ardu lorsque le patient appartient à une minorité ethnique ou qu’il est d’origine mixte. Voilà pourquoi la Société canadienne du sang s’efforce de constituer un registre de donneurs de cellules souches et une banque de sang de cordon qui reflètent la mosaïque de la population canadienne.

S’inscrire comme donneur de cellules souches

S’inscrire en ligne au don de sang de cordon

Séances d’information gratuites pour démystifier le don de sang de cordon à une banque publique

Parmi toutes les décisions à prendre quand on attend un bébé, la plus facile pourrait bien être de s’inscrire en vue de donner du sang de cordon pour aider à sauver des vies. Il existe toutefois plusieurs idées conçues qui doivent être dissipées à cet égard.

Pour ce faire, la Société canadienne du sang a lancé cet automne une série de séances d’information en direct sur Internet afin de répondre aux questions de femmes enceintes qui songent à s’inscrire pour faire un don de sang de cordon.

Foire aux questions sur le sang de cordon

« Nous avons organisé ces séances d’information en direct afin de joindre le plus de femmes enceintes possible ainsi que leur conjoint ou conjointe et leur famille », explique Karen Mostert, responsable de la collecte de sang de cordon et du recrutement de donneuses à la Société canadienne du sang. « Nous voulons dissiper les préjugés qui peuvent exister sur le don de sang de cordon en leur exposant les faits, et leur expliquer de quelle façon cette ressource précieuse peut sauver des vies. »

Ces séances gratuites seront animées par des membres de l’équipe de collecte de sang de cordon de la Société canadienne du sang partout au pays. Elles ont pour objectifs de répondre aux questions posées fréquemment au sujet du processus de don; d’exposer les faits et les mythes concernant la collecte et l’utilisation de sang de cordon; d’expliquer les différences entre une banque de sang de cordon publique et une banque privée; et de guider les femmes enceintes dans le processus d’inscription en ligne pour un don de sang de cordon.

Les femmes enceintes qui accoucheront dans l’un des quatre hôpitaux de collecte désignés (à Ottawa, Brampton [RGT], Edmonton ou Vancouver) sont encouragées à s’inscrire à l’une des prochaines séances à sang.ca/fr/sang-de-cordon.

« Toutes les femmes enceintes qui habitent près d’un hôpital de collecte de sang de cordon devraient s’inscrire en ligne pour donner le sang de cordon ombilical de leur bébé, affirme N’kem. L’inscription est facile et rapide, et la procédure de don est sans douleur et ne pose aucun risque pour la mère ou le bébé. »

Pour souligner aujourd’hui la Journée mondiale du sang de cordon, nous invitons les femmes enceintes à s’inscrire en ligne pour donner le sang de cordon de leur bébé. Les Canadiens de 17 à 35 ans peuvent s’inscrire au Registre de cellules souches de la Société canadienne du sang en demandant une trousse d’inscription en ligne. Si vous ne pouvez pas donner de sang de cordon ou vous inscrire au registre, vous pouvez contribuer à des initiatives visant à recruter et à sensibiliser des donneurs de cellules souches en faisant un don en argent à sang.ca/fr/dons-argent.

Share this story

ShareTweetShare

Sur le même sujet